Financement des associations : De plus en plus, le service associatif s’achète

Financement des associations
Financement des associations




Financement des associations : C’est la fin du financement par les contribuables

Rupture lente mais rupture bien réelle, le financement des associations par les contribuables via les financements publics est donc en chute libre.  En effet, les financements publics ont pour la première fois baissé en volume » entre 2006 et 2017, avec une baisse de 0,2% en moyenne par an, soit 14% au total.

Quand on regarde un peu plus dans le détail, cette évolution serait d’abord liée à une baisse des commandes publiques (ce qui peut de rappeler que nombre d’associations assurent des missions au profit de l’Etat et des collectivités) mais principalement par une forte diminution des subventions (- 1,7% par an), ces dernières ne représentant plus en 2017 que 20% des ressources, alors qu’elles constituaient 25% de l’ensemble en 2011 et 34% en 2005.

associations

En revanche, les financements privés compensent cette état de fait et les associations comptent désormais d’abord sur les participations des usagers (42% des ressources en 2017, contre 36% en 2011), mais aussi sur les dons et le mécénat (5% en 2017) et enfin les cotisations (9% en 2017).

Il est donc vrai que de plus en plus le service associatif s’achète.

Cette thématique est également à rapprocher des récents et toujours actuels débats sur la fiscalité des dons, notamment par les grandes entreprises. Car là aussi, il y aurait beaucoup à redire tant l’optimisation fiscale induite peut pénaliser les comptes de l’Etat.

Ressource




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire