Réduction du nombre de parlementaires par le gouvernement : Pour ou contre ?

Réduction du nombre de parlementaires par le gouvernement : Pour ou contre ?

By : -

Réduction du nombre de parlementaires par le gouvernement : Pour ou contre ?
[{"w":1024,"sw":336,"sh":280},{"w":640,"sw":300,"sh":250},{"w":320,"sw":180,"sh":150}]

Réduction du nombre de parlementaires par le gouvernement : Pour ou contre ?

Le gouvernement Edouard Philippe du Président Macron envisage une révision constitutionnelle dont l’un des marqueurs le plus emblématique est la réduction de 30% du nombre de parlementaires (députés et sénateurs). Cette disposition ferait ainsi passer le nombre de députés de 577 à 404 à compter de la prochaine législature en 2022 et de 348 à 244 sénateurs en 2020, date du prochain renouvellement partiel des sièges.

Pour les députés en particulier, avec 30 % de sièges en moins, on aboutirait donc à un total de 404 sièges dont 60 ou 61 députés qui seraient élus à la proportionnelle et 343 ou 344 au scrutin uninominal à deux tours, comme c’est le cas actuellement.

Outre les problèmes pratiques de mise en oeuvre de cette réforme, celle-ci pourrait ainsi se heurter à un réel problème de représentativité de la population française et même si le gouvernement garantie à ce stade tout le contraire. C’est pour cela qu’une diminution des parlementaires n’est donc pas souhaitable.

Pour autant, cette disposition pourrait générer une économie annuelle de près de 100 millions d’euros, somme qui pourrait donc être reversée sur un autre poste de dépense au profit d’un ministère qui a besoin.

Néanmoins, si cette réduction devait se confirmer, il sera de toute manière essentiel d’améliorer l’efficience des travaux des parlementaires, comme par exemple en augmentant le budget alloué, mais aussi en imposant l’unicité du mandat de parlementaire en instaurant une interdiction stricte du cumul des mandats. Et cette modification permettrait également d’augmenter sensiblement le taux de présence des parlementaires lors des scrutins et des travaux en commissions.

La diminution du nombre de parlementaires n’est donc pas forcément gage d’une meilleure démocratie, ou encore d’économies et comme souvent, ce genre de choix reste éminemment politique, cornélien, et pour lequel on peut dire tout et son contraire.

 

[{"w":1024,"sw":336,"sh":280},{"w":640,"sw":300,"sh":250},{"w":320,"sw":180,"sh":150}]

Laisser un commentaire