Corruption : Lettre ouverte à un élu Les Républicains des Bouches-du-Rhône

Corruption : Lettre ouverte à un élu Les Républicains des Bouches-du-Rhône

Par : -

Corruption : Lettre ouverte à un élu Les Républicains des Bouches-du-Rhône

Corruption : Lettre ouverte à un élu Les Républicains des Bouches-du-Rhône

Doctorant en droit pénal et chargé d’enseignements auprès de l’université d’Aix-Marseille, M. Adrien Roux étudie la corruption. Il est également l’auteur de « La part d’ombre de la mondialisation »

Dans cette lettre ouverte à M. Yves Moraine, conseiller départemental (LR) délégué aux marchés publics, mais aussi maire de secteur (6 ème et 8 ème) à la mairie de Marseille, M. Roux lui propose de prendre des dispositions pour prévenir la corruption suite aux multiples scandales ayant porté atteinte au département des Bouches du Rhône.

élu LR

M.Adrien Roux

Relayé sur le site d’informations en ligne Marsactu, je relaie à mon tour cette intéressante lettre ouverte.
———

« Cher Monsieur Moraine,

Je fais suite aux échanges que nous avions eu à propos de la prévention de la corruption dans l’institution départementale et notre rencontre du 10 mars dernier. J’inclus les associations Anticor et Transparency international France, qui suivent ces aspects, en copie. Ainsi que les journalistes concernés de La Provence, Marsactu et Le Monde.

La mise en cause récente d’un haut fonctionnaire départemental, en charge des marchés publics, constitue un fait nouveau qui m’incite à reprendre contact avec vous.

D’où une nouvelle proposition. L’institution que vous dirigez s’honorerait de mettre en place un “plan anti-corruption”, en s’inspirant de ce qui est prévu dans le projet de loi dit Sapin II [qui entre en discussion en séance plénière à l’Assemblée nationale ce lundi, ndlr]. Il s’agirait d’anticiper sur ce qui devrait devenir obligatoire pour les grandes entreprises et concerner aussi les collectivités locales (qui pourront être contrôlées par la nouvelle agence française anti-corruption). Un tel plan reposerait sur :

1) Un code de conduite définissant les différents types de comportements à proscrire, accompagné d’engagements clairs dans la lutte contre les différentes formes de corruption de la part de la présidence de l’institution

2) Un dispositif d’alerte interne garantissant la protection des personnes formulant un signalement et permettant un débouché judiciaire après analyse (article 40 du Code procédure pénale)

3) Une cartographie et une hiérarchisation des risques de corruption, régulièrement actualisée

4) Des procédures d’évaluation régulière des institutions liées au Département

Yves Moraine

5) Des procédures de contrôles comptables, internes ou externes portant notamment sur les marchés publics et les mesures prises en matière de prévention de la corruption

6) Un dispositif de formation destiné aux cadres et aux personnels les plus exposés aux risques de corruption et de trafic d’influence

7) Un régime disciplinaire permettant de sanctionner les agents en cas de violation du code de conduite de l’institution

Compte tenu du climat politique et social actuel, des discussions qui vont débuter au Parlement sur le projet de loi anti-corruption et de la situation particulière des Bouches-du-Rhône sur le terrain de la corruption, ce serait un acte symbolique fort qui marquerait l’opinion. A l’inverse, une absence de prise de mesures destinées à empêcher tout renouvellement des dérives constatées aurait de fortes chances d’être jugée incompréhensible par les citoyens.

Je me permets également de vous renvoyer à ma récente tribune au sujet du projet de loi en cours d’examen. Je me tiens à votre disposition pour continuer ces échanges et vous apporter de plus amples renseignements.

Bien à vous,
Adrien Roux »

Source : https://marsactu.fr/agora/tribune-adrien-roux-departement-plan-anti-corruption/

Jean Jacques Rousseau au 18 ème siècle disait :  » l’homme est naturellement bon, c’est la société qui le corromps ». Ce pauvre JJ n’avait pas compris comment fonctionne un être humain. L’homme est codé pour survivre et le meilleur est codé pour avoir les meilleurs femelles. C’est la grande loi de la nature. c’est vrai pour toutes les espèce, animales, végétales. Qu’est-ce que le meilleur ? le plus grand, fort, intelligent, puissant, riche ? Ce qui amène ceux qui le peuvent à tout faire pour s’enrichir afin d’avoir les meilleurs femelles. Pour faire simple nous disons donc que la société ne corrompe pas, simplement elle fournit les outils de la corruption. Il faut donc nécessairement mettre en place les outils contre la tendance naturelle à être corrompu et à corrompre les autres. C’est ce qu’on appel les principes égalitaires, démocratiques, gérés par une structure républicaine. Il faut ensuite apporter une vigilance de tous les instants sinon le naturel revient au galop et la démocratie devient bananière, jusqu’à l’exploitation de l’homme par l’homme dans la tendance naturelle à faire valoir sa supériorité sur les autres membres du clan. Celles et ceux qui ne comprennent pas ces mécanismes fondamentaux se pré-positionnent à être les victimes des grands prédateurs sociétaux. Tout ça est remarquablement simple dans le constat, mais extraordinairement compliqué dans la mise en oeuvre.On ne peut que remercier et féliciter ceux qui s’impliquent à la surveillance des malfaisants, avec tous les risques que cela comporte, je pense à notre regretté juge Michel entre autres.
Patrick à Miélan du Gers, village médiéval et hostile au bruit.

2 commentaires

Laisser un commentaire